Header ANVT
Menu principal
Accueil
Actualités
Calendrier
CA & Bureau
Les commissions
Langue flamande
Charte "OUI au flamand"
les Soutiens
Emissions de Radio
Revue de Presse
Magasin
Documents
Liens
Nous contacter


Cours de Flamand
Cours de flamand
 2017/2018
Centre de Ressources Documentaires
Centre de
 Ressources
Documentaires
Oordenboek-Dictionnaire
Dictionnaire
flamand -
français
Inscription à la liste de diffusion
Inscription à la
 liste de diffusion
abonnement au bulletin
Abonnement
au bulletin
Aller au magasin de l'ANVT
Magasin de l'ANVT
Je fais un don - 'K doen een gaeve
 
c - Flamand et Néerlandais : une proximité toute relative
Publié le 09-10-2012
On ne peut parler du flamand occidental sans parler du néerlandais. En effet, en Belgique, les Flamands utilisent également le même mot mais pour désigner le néerlandais, langue officielle dans leur pays, ce qui ajoute à une confusion parfois entretenue.Le pire pour le néerlandais et pour le flamand est de les confondre.Le mieux pour leur avenir et leur développement est de les considérer en assurant leur promotion pour ce qu’ils sont réellement.

Selon les travaux récents de la linguiste hollandaise Nicoline van der Sijs (1) et contrairement à un mythe apparu précisément en 1891 (p. 403), à l'époque où il fallait convaincre les Flamands de Belgique d'adopter la langue standard des Pays-Bas, il apparaît d'abord que le flamand occidental n’est pas à l’origine du néerlandais standard dont la création s’étale du XVIIe siècle à nos jours et que le néerlandais est né du hollandais parlé par les élites des grandes villes de la province de Hollande méridionale (p. 407) : « Vanaf haar ontstaan tijdens de Renaissance is de standaardtaal gebaseerd op het beschaafde Hollands. (Depuis sa naissance pendant la Renaissance, la langue standard est basée sur le hollandais cultivé.)».

Elle déclare encore dans une interview donnée à Taalschrift le 15/08/2004 (2) : « Geïnspireerd door recent onderzoek ben ik puur wetenschappelijk gaan onderzoeken hoe de standaardtaal gevormd is en welke talen of dialecten daar vooral invloed op hebben gehad.[...] Die mythe van de grote Vlaamse invloed op het ABN is gewoon onjuist. » ...et aussi « Eigenlijk is het ABN een samenraapsel van Hollandse dialecten. (Inspirée par une recherche récente, je suis allée rechercher, par intérêt purement scientifique, comment s'est constituée la langue standard et quelles langues et dialectes ont eu l'influence principale [...] Ce mythe de la grande influence flamande sur le néerlandais standard est tout simplement faux. Au fond, le néerlandais est un «  ramassis » de dialectes  hollandais.) 

Par ailleurs, le limbourgeois et le bas-saxon ont été reconnus officiellement par les Pays-Bas, entre autres raisons, car ils ne sont pas à l’origine de la création du néerlandais (comme le flamand occidental). Ce dernier se distingue du néerlandais tant par sa phonétique que sa syntaxe et son vocabulaire.

Une thèse de doctorat soutenue à l'Université de Groninge (3) montre, grâce à une méthode informatique objective, que la phonétique du flamand occidental est quasiment aussi différente du néerlandais standard que l'est l'allemand 
Le brabançon et le hollandais sont phonétiquement les plus proches du néerlandais standard. Le bas-saxon (parlé au nord-est des Pays-Bas), le limbourgeois (parlé dans le sud-est des Pays-Bas et le nord-est de la Belgique) et le flamand occidental (parlé dans la province belge de Flandre occidentale et dans le département français du Nord) sont les plus éloignés phonétiquement du néerlandais.  

Dans la conclusion de la présentation de son travail, le chercheur de Groningue préconisait la reconnaissance officielle du bas saxon et du limbourgeois. Il suggérait que si le limbourgeois était reconnu il faudrait donner le même statut au flamand occidental en Belgique. Le bas-saxon (en 1995) et le limbourgeois (en 1997) ont été reconnus en tant que langues régionales au Pays-Bas. Le limbourgeois l’a été grâce à l’appui de l’Institut Meertens et du grand dialectologue néerlandais A. A. Weijnen malgré l'avis défavorable de la Nederlandse Taalunie opposée à toute reconnaissance.
Le gouvernement flamand de Belgique, en revanche, a suivi la Nederlandse Taalunie et a refusé de reconnaître le limbourgeois et le flamand occidental.

Phonétique comparée

Plus la phonétique est éloignée du néerlandais standard, plus la couleur tend vers le bleu, plus elle est proche du néerlandais, plus elle tend vers le rouge. (Légende: Distance par rapport au néerlandais standard) 
(Source: Wilbert Heeringa, Measuring Dialect Pronunciation Differences using Levenshtein Distance, Dissertations in Linguistics 46, Groningen, thèse de doctorat, soutenue en 2004)


Syntaxe comparée


La syntaxe a également fait l'objet d'une étude par l'Institut Meertens qui démontre que, parmi les langues régionales parlées aux Pays-Bas, en Flandre belge et dans l'arrondissement de Dunkerque, le flamand occidental possède la syntaxe qui s'éloigne le plus de celle du néerlandais standard.
Les différences très importantes dans le vocabulaire viennent compléter la description, résultant en une impossibilité d'intercompréhension entre un flamandophone et un néerlandophone. Plus la syntaxe est éloignée du néerlandais standard, plus la couleur tend vers le violet. Plus elle est proche du néerlandais, plus elle tend vers le rouge. 
(Source: Institut Meertens: site Determinants of Dialectal Variation project, travail réalisé en collaboration avec l’Université de Groningue)


(1) Taal als mensenwerk : het ontstaan van het ABN (2004)
(2) http://taalschrift.org/reportage/000659.html
(3) Pays-Bas - Wilbert Heeringa, Measuring Dialect Pronunciation Differences using Levenshtein Distance, 2004 -
 http://www.let.rug.nl/~heeringa/dialectology/thesis/thesis.pdf 
 

 
Recherche

Sélection de la langue


Evénements à venir

© 2017 Akademie voor Nuuze Vlaemsche Taele
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.